Benin

Burkina

Côte d'Ivoire

Gabon

Niger

Togo

 

 

1960

  • Dès l’acquisition des indépendances en 1960, les Chefs d’État africains ont eu pour souci de développer le potentiel économique de leurs pays. Pour ce faire, ils ont accordé une grande importance aux problèmes de formation des cadres.

 

1968

  • Dès 1968, les États membres de l’OCAM (Organisation Commune Africaine et Malgache) se sont penchés sur les problèmes d’encadrement dans les entreprises et la conférence de Niamey insistait sur la nécessité d’organiser « dans les meilleurs délais, dans un des États membres, une formation pratique basée sur l’éducation moderne en matière de gestion des entreprises ».

 

1969

  • En 1969, Abidjan abritait un colloque sur l’africanisation du personnel d’encadrement dans les entreprises et la promotion de l’entreprise africaine. A la même période, un comité mixte OCAM - secteur privé était créé pour mener une enquête sur les besoins de formation des cadres d’entreprise et sur le pays qui pourrait abriter un centre d’enseignement de la gestion.

 

1970

  • La République de Côte d’Ivoire fut unanimement choisie compte tenu de ses potentialités économiques et du tissu industriel que ce pays offre En 1970, à la Conférence de YAOUNDE, la décision de créer le Centre Africain et Mauricien de Perfectionnement des Cadres (CAMPC) fut prise par les Chefs d’État et de Gouvernement de l’OCAM, décision entérinée ensuite par la signature à la Conférence de KIGALI (RWANDA) de la Résolution N°15/Kigali/75 du 16/12/75 portant création du CAMPC et adoption des textes organiques.

 

1975

  • En 1975, le CAMPC était opérationnel et accueillait les premiers stagiaires.

 

1985

  • Novembre 1985 : Suite à la dissolution de l’OCAM le 23 mars 1985 et au retrait de l’Ile Maurice, le Conseil d’Administration, réuni en sa 13ème session, à Abidjan, décide de changer la dénomination du Centre qui devient le Centre Africain de Management et de Perfectionnement des Cadres tout en conservant le sigle CAMPC (Résolution N°04/Abidjan/85 du 21/11/85).

 

C.A.M.P.C

Fruit de la coopération régionale
et facteur de rapprochement
entre les états

 

Bien qu’il commence à exister dans certains États des institutions nationales destinées à assurer l’initiation aux techniques de gestion, il était souhaitable de créer au plan africain ou régional, un centre susceptible de donner une solide formation de managers aux futurs dirigeants d’entreprises de nationalités diverses, en les confrontant aux expériences et aux situations vécues, çà et là.

Les problèmes de formation sont si nombreux et si similaires que leurs solutions ne peuvent se faire que par un effort concerté de plusieurs pays pour la mise en œuvre de projets communs. Le C.A.M.P.C., fruit de cette concertation est donc une Institution interafricaine, dotée d’une autonomie juridique, administrative et financière. Son siège social se trouve à ABIDJAN (République de Côte d’Ivoire)

 

 

États membres statutaires

Le CAMPC compte aujourd’hui six (6) membres qui sont :
  • Le Bénin
  • Le Burkina Faso
  • La Côte d’Ivoire
  • Le Gabon
  • Le Niger
  • Le Togo.

Mission

  • Sa mission comporte trois volets, à savoir:
  • La formation et le perfectionnement des cadres en cours d’emploi
  • L’Assistance/Conseil aux entreprises
  • La Recherche/Publication

Administration/Gestion

  • Sa mission comporte trois volets, à savoir:
  • La formation et le perfectionnement des cadres en cours d’emploi
  • L’Assistance/Conseil aux entreprises
  • La Recherche/Publication

TEXTES ORGANIQUES

  • Les textes fondamentaux qui régissent l’Institution sont :
  • La Convention portant création du Centre
  • L’Accord de siège entre le CAMPC et la République de Côte d’Ivoire
  • Les Statuts du Centre
  • Les Statuts du Personnel
  • Le Règlement Intérieur

 

Ces textes, hormis l’Accord de siège, ont été amendés et adoptés par la XXIIè Session Ordinaire du Conseil d’Administration du CAMPC des 05 et 06 Novembre 1998 à Abidjan.